Login

A l’occasion de l’ouverture de l’Espace muséal «Troupes jurassiennes» à Saint-Imier en 2021, les Editions D+P à Delémont, en étroite collaboration avec les sociétés d’officiers du Jura et du Jura bernois, ont lancé une Histoire militaire du Jura et du Jura bernois. A notre connaissance, il n’existe pas en Suisse romande une histoire militaire cantonale des origines à nos jours. Personne ne semble s’être lancé dans une telle aventure. Pour une fois, le Canton du Jura et le Jura bernois se trouvent en tête de peloton! Aujourd’hui, un livre qui se veut grand-public doit être richement illustré et en quadrichromie avec, dans la mesure du possible, une iconographie inédite.

Un musée militaire n’a des chances de survivre que s’il est un lieu de rencontre qui favorise la compréhension de faits historiques, des interactions entre les hommes et les événements, des liens entre l’armée et la société civile, en évitant toute propagande chauvine ou belliqueuse. En Suisse, le terrain, l'organisation de la défense, les contingents, les liens entre le service militaire et les droits politiques, l'architecture militaire constituent des données historiques, sans lesquelles on ne saurait comprendre le présent. C'est à travers elles que se profilent les mentalités, l'évolution des communautés, ces petits Etats souverains qui se rapprochent sans se confondre dans la Confédération d'Etats, puis dans l’Etat fédératif.

L’assemblée générale de l’ASHSM s’est tenue le samedi 11 juin 2022 à Zoug, dans la vieille ville, puis sur divers sites de la Guerre du Sonderbund.

Le général Guillaume Henri Dufour (1797 – 1875) est un personnage marquant de la Suisse durant la première moitié du 19ème siècle. Outre son rôle déterminant dans la guerre du Sonderbund, il a conduit des travaux remarquables de cartographie et de fortification, tout comme il s’est engagé pour l’instruction de l’armée et pour la création du Comité international de la Croix-Rouge. Il fut également un auteur prolifique ; mais qui a lu récemment l’un ou l’autre de ses ouvrages ?

Le livre a pour thème les événements dramatiques de 1977–1978, appelés «Deutscher Herbst», qui ont commencé le 5 septembre avec l’enlèvement du patron des patrons allemands, Hanns Martin Schleyer. Aussi l’aspirant Rudolf Flükiger disparaît le 16 septembre 1977 lors d’une course de patrouilles sur la place d’armes de Bure. Il se serait suicidé – c’est la thèse officielle – avec une grenade à main près de Grandvillars en France, à une quinzaine de kilomètre de la place d’armes.
Source: stratos digital


Dans la «Revue historique des armées (n°294)» consacrée aux pertes humaines en temps de guerre, le professeur Nicolas Dujin, agrégé et docteur en histoire, rappelle que «les pertes sont un objet essentiel pour l’histoire militaire. Les comptabiliser est une nécessité pour évaluer l’ampleur d’une victoire ou d’une défaite, en dégager les causes une façon de cerner les forces et les faiblesses d’une armée».

La recherche en histoire militaire se base encore essentiellement sur des sources écrites. Il existe cependant de nombreuses autres formes d’informations telles que des objets, des images ou du son. Le colloque organisé par l’ASHSM le 6 novembre 2021 à Soleure, dans le magnifique cadre du Museum Altes Zeughaus, a visé à mettre en exergue la diversité des sources potentielles et à montrer les opportunités qui peuvent se présenter. Douze orateurs ont apporté des contributions de haute valeur et une cinquantaine de participants ont montré leur intérêt.

Outre nos engagements de base dans les domaines de la recherche et des publications d’histoire militaire, en propre ou en appui, nous vous proposons les activités suivantes :

Lu dans la «Allgemeine Schweizerische Militärzeitung», Nr. 6/7 de juin/juillet 1950, page 385 ss.

… où l’on devine les prémisses d’une réforme qui ne viendra que beaucoup plus tard !

Lu dans la « Revue militaire suisse », N° 2 de février 1921, page 65 ss

… où les enseignements tirés de la Grande guerre ne sont pas particulièrement prospectifs!