Login

Prix d'encouragement

PRIX D'ENCOURAGEMENT

Tous les deux ans, l'ASHSM décerne deux prix d'encouragement: un prix "Thèse de doctorat" et un prix "Mémoire de Master" (ce dernier étant anciennement prix "Mémoire de Licence", équivalent suisse du mémoire de Maîtrise universitaire français). Ces prix visent à distinguer les meilleurs des jeunes chercheurs ayant présenté un travail en histoire ou en science militaire. Une dizaine de lauréats ont déjà été primés.

L’enseignant d’histoire militaire à l’Académie militaire de l’EPFZ et à l’Université de Zürich est décédé le 15 janvier 2023 à Meilen. Par ses cours, ses conférences, ses visites guidées et ses nombreuses publications, il a su toucher un vaste public pour le domaine qui nous intéresse. Il fut durant de nombreuses années membre du comité de notre ASHSM et auteur de plusieurs textes dans nos livres.

Résumé d’un travail de master présenté en 2022 à l’Université de Paris Sorbonne.

Une guerre civile en novembre 1847 a uni la Suisse, même le long des frontières linguistiques. Alémaniques et Romands se sont battus au coude à coude dans les deux camps.

La guerre du Sonderbund, qui a débuté le 3 novembre 1847 et s'est terminée dès le 29 novembre par la victoire des cantons libéraux sur le "Sonderbund" catholique et conservateur, est une page glorieuse de l'histoire suisse : Elle a tout de même fait environ 150 morts et 400 blessés (les chiffres définitifs font l'objet d'un débat). Cela représente un bilan typiquement helvétique ; ce n'est pas pour rien que l'historien américain Joachim Remak a qualifié cette mini-guerre - en référence à la guerre de sécession américaine - de "A Very Civil War", une "guerre civile très civilisée". Mais pour notre pays, vanté comme une démocratie de concordance, il est tout de même un peu gênant de constater que le processus de "nation building" ne s'est pas non plus déroulé sans guerre

Die Geschichtsfreunde vom Linthgebiet sind ein kantonsübergreifender Verein. Die Geschichtsfreunde diskutieren jeweils ein Jahresthema, und zwar auf der Basis von Vorträgen verschiedener Spezialistinnen und Spezialisten und im Rahmen eines Schriftenlesekurs, bei dem auch Archivquellen mit Unterstützung eines Fachmanns gelesen werden. 2023 ist das Thema "Kriege im Linthgebiet". 

La Commission internationale d’histoire militaire CIHM a tenu son 47ème congrès à Wroclaw (POL), du 28 août au 2 septembre 2022. La Suisse y était représentée par une délégation de 8 membres de l’ASHSM, notre association formant la Commission nationale d’histoire militaire.

Le thème général du congrès était : « La défense des frontières dans l’histoire militaire ». Ce fil conducteur, choisi il y a plus de deux ans, collait fortuitement bien à la situation en Ukraine et dans les pays avoisinants ; toutefois, eu égard au manque de recul face aux événements actuels et à la position apolitique de la CIHM, ce volet spécifique ne fut pas abordé en plénum.

Die Sonderausstellung ist ein gemeinsames Projekt des MAZ mit dem unter der Leitung von Prof. Dr. Regula Schmid Keeling an der Universität Bern stehenden SNF-Projekts "Martial Culture in Medieval Towns". Sie wird kuratiert von Adrian Baschung (MAZ), Daniel Jaquet, Regula Schmid Keeling und Sandra Nicolodi (MAZ).

Un musée militaire n’a des chances de survivre que s’il est un lieu de rencontre qui favorise la compréhension de faits historiques, des interactions entre les hommes et les événements, des liens entre l’armée et la société civile, en évitant toute propagande chauvine ou belliqueuse. En Suisse, le terrain, l'organisation de la défense, les contingents, les liens entre le service militaire et les droits politiques, l'architecture militaire constituent des données historiques, sans lesquelles on ne saurait comprendre le présent. C'est à travers elles que se profilent les mentalités, l'évolution des communautés, ces petits Etats souverains qui se rapprochent sans se confondre dans la Confédération d'Etats, puis dans l’Etat fédératif.

Le général Guillaume Henri Dufour (1797 – 1875) est un personnage marquant de la Suisse durant la première moitié du 19ème siècle. Outre son rôle déterminant dans la guerre du Sonderbund, il a conduit des travaux remarquables de cartographie et de fortification, tout comme il s’est engagé pour l’instruction de l’armée et pour la création du Comité international de la Croix-Rouge. Il fut également un auteur prolifique ; mais qui a lu récemment l’un ou l’autre de ses ouvrages ?

Le livre a pour thème les événements dramatiques de 1977–1978, appelés «Deutscher Herbst», qui ont commencé le 5 septembre avec l’enlèvement du patron des patrons allemands, Hanns Martin Schleyer. Aussi l’aspirant Rudolf Flükiger disparaît le 16 septembre 1977 lors d’une course de patrouilles sur la place d’armes de Bure. Il se serait suicidé – c’est la thèse officielle – avec une grenade à main près de Grandvillars en France, à une quinzaine de kilomètre de la place d’armes.
Source: stratos digital


Dans la «Revue historique des armées (n°294)» consacrée aux pertes humaines en temps de guerre, le professeur Nicolas Dujin, agrégé et docteur en histoire, rappelle que «les pertes sont un objet essentiel pour l’histoire militaire. Les comptabiliser est une nécessité pour évaluer l’ampleur d’une victoire ou d’une défaite, en dégager les causes une façon de cerner les forces et les faiblesses d’une armée».